AccueilFacebookYouTube


Daniel Odier



QUE FAIRE ?



En temps de crise, l'angoisse émerge et tout est bon pour y échapper. Cela se traduit principalement par une folie de citation des maîtres de toutes les traditions qui fleurissent et bourgeonnent comme le printemps autour de nous mais ce bombardement de phrases sublimes nous aveugle. Nostalgie du passé où nous nous prenions dans les bras, projection d'un futur où cela sera à nouveau possible, désir de mêler les angoisses à travers la technologie des réseaux sociaux, échapper à tout prix à la solitude dans l'attente d'une révolution profonde de notre manière d'être au monde. Cette agitation ne nous permet pas de plonger au cœur du cadeau qui nous est offert : le silence et la solitude.

Rares sont ceux qui s'offrent l'espace de silence ouvert par la solitude. Le silence intérieur est un concept spirituel. Rares sont ceux qui le connaissent mais pensez à une chose : toutes les citations merveilleuses que vous postez, aussi inspirantes qu'elles soient, émergent du silence et vous invitent au silence. En vous, ouvrez la sensibilité au retour à la source du cœur/conscience par la compréhension que le silence émerge du souffle, qu'il se traduit par une absence de discours intérieur et non par une cessation d'activité cérébrale et que ce silence se traduit par une joie simple et communicative, la joie organique du Spanda.

*Souffle, présence, silence intérieur, joie. L'enchaînement est simple.

*Comme le silence est un concept et que nous l'expérimentons rarement, que peut-on faire pour le vivre hors de la méditation ?

*La musique, les arts, la fascination du réel induisent le silence intérieur.

*Les micro-pratiques nous font entrer de plain-pied dans ce silence.

*Une suralimentation spirituelle crée au contraire une plus grande confusion, une plus grande errance mentale.

*Un seul instant d'unité avec le réel est plus riche que l'accumulation de tous les savoirs.

*Le cœur ne se trouve pas à l'extérieur.

*Retour à la source.

*Le coeur ne se trouve pas à l'intérieur.

*La source est la totalité !